Question au Conseil Municipal du 18 juillet 2016 sur les encombrants

Lors de ce conseil municipal le CCI-B a posé une question relative au problème des encombrants et à des mesures pour améliorer la situation :

Le CCI B, soutenu par le CCI A, désire interpeller le conseil municipal sur la question de l’enlèvement des encombrants.

On constate à Grenoble de nombreux dépôts sauvages d’encombrants non récupérables : vieux matelas, meubles cassés, électroménager hors service, etc.

Cette accumulation témoigne d’un besoin pressant d’un service d’enlèvement des encombrants, surtout depuis la fermeture des déchetteries de centre-ville.

A l’heure où la politique municipale, par exemple au travers de l’augmentation du prix du stationnement, encourage les citoyens à adopter d’autres modes de déplacement, il nous parait indispensable d’être cohérent en facilitant la vie de ceux qui n’ont pas de voiture, par choix ou par nécessité.

Nous avons commencé à sonder les habitants de notre secteur dont la très grande majorité est favorable à la mise en place d’un service d’enlèvement des encombrants.

Les modalités pratiques (en pas de porte ou en point de collecte, par quartier ou sur l’ensemble de la ville, à quelle fréquence) devront être fixées par les services en concertation avec les habitants afin d’assurer une efficacité optimale. Ils pourront aussi s’appuyer sur des systèmes déjà mis en place dans de nombreuses autres villes telles que Paris ou Marseille, mais aussi plus proche de nous à Meylan.

Rappelons que l’enlèvement des dépôts sauvages coûte chaque année une somme conséquente à la ville de Grenoble. Cette somme pourrait être mieux employée à mettre en place un service de collecte systématique après une durée de dépôt préalablement définie. Les habitants sondés, conscients qu’un tel service peut avoir un coût, seraient éventuellement prêts à payer en moyenne autour de 10€ par an pour cela.

Des discussions avec des agents métropolitains font ressortir qu’un tel service irait à l’encontre d’une politique visant à favoriser le réemploi, autre aspect connexe et intéressant : nous rejetons cet argument car une telle collecte n’est pas incompatible avec le réemploi et peut même le favoriser.

En conséquence, nous demandons à la municipalité de mettre en place un système de dépôt organisé et d’enlèvement des encombrants.

Monsieur le Maire, êtes-vous prêt à mettre en place un tel service en collaboration éventuelle avec La Métro d’ici la fin de la mandature ?

Réponse apportée par Mr le Maire :

Je vous remercie pour cette question.

Vous le savez, le ramassage des encombrants et des dépôts sauvages est une compétence partagée entre la Ville et la Métropole. Comme sur de nombreuses questions qui concernent l’espace public, nous travaillons pour coordonner au mieux nos interventions dans ce domaine.

Actuellement, côté Ville, les équipes de la propreté urbaine assurent la collecte des dépôts de petit volume.

La Métropole quant à elle gère la collecte des déchets ménagers ainsi que les déchetteries. Elle a aussi mis en place à Grenoble une tournée quotidienne de ramassage des encombrants les plus volumineux, afin de faire face aux dépôts sauvages.

La Villeneuve, du fait de sa configuration particulière, bénéficie d’un service de ramassage assuré par la Régie de Quartier dans le cadre d’un chantier d’insertion, qui prévoit également des actions de prévention et de communication.

Avec la Métro, nous voulons améliorer la qualité de service et être plus réactifs entre le moment où les encombrants sont repérés, et le moment où ils sont ramassés.

Et en réponse à votre question, oui, nous sommes ouverts avec la Métropole à un service de collecte des encombrants, qui relèverait de la compétence métropolitaine. Une étude sur ce sujet est en cours dans le cadre du schéma directeur. Elle prend en compte les expériences nombreuses qui existent en France – avec des bilans plus ou moins mitigés.
La Métro estime donc qu’en 2017, nous pourrons démarrer des actions expérimentales concrètes.

Il pourrait y avoir notamment des actions de porte-à-porte ciblées et saisonnières :

  • Pour les périodes correspondant à de nombreux déménagements (été et rentrée étudiante)
  • Ainsi que pour la collecte des sapins après Noël.

La Métropole est prête à vous rencontrer si vous le souhaitez, afin de réfléchir avec vous à cette phase d’expérimentation.

Par ailleurs, nous poursuivons notre démarche autour du respect et de l’appropriation de l’espace public : la journée de la Belle Saison sera pérennisée, nous poursuivons la communication de messages sur les véhicules techniques, nous continuons les actions de prévention et de verbalisation des incivilités, et la mise en place d’un observatoire de la propreté en hyper-centre avec les Unions de Quartier et les Unions Commerciales.

Je vous remercie donc pour votre mobilisation et votre contribution sur ce sujet.

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+