Des points à remettre sur les i.

En septembre dernier, le CCI E (Capuche-Bajatière-Alliés Alpins-Foch Aigle-Libération) a exprimé son désaccord et refusé de soutenir le projet «Contrôle au faciès» .

La raison ? La participation financière de la fondation Open Society émanation de la galaxie Georges Soros à cette opération.  Sous la forme de la mise à disposition d’une exposition construite par cette fondation. Et aussi parce que certains orateurs prévus pour intervenir lors de la journée du 7 octobre appartenaient à cette même fondation.
Nous avons estimé que la collaboration des CCI avec une organisation financée par un prédateur international, un manipulateur des marchés financiers avec les conséquences que cela entraine dans les pays attaqués n’était pas possible.

En contradiction même avec la démocratie que nous promouvons.
Ensuite, se gargariser avec des actions à caractères humanitaires ou démocratiques tout en pratiquant une dictature économique (à sa décharge il n’est pas tout seul à le faire) qui précipitent des millions d’hommes dans la misère et le chaos est d’une inconséquence grave, montre le mépris de cet homme pour le reste de l’humanité, bref, une pitrerie.

Nous ne chercherons pas à connaître quelles sont les intentions cachées d’une telle sollicitude, simplement nous répétons qu’une collaboration n’était pas envisageable pour nous CCI E.

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+