Visite du quartier à vélo – Mercredi 6 juillet 18h30

Le CCI A, propose de faire un parcours à vélo dans le quartier afin de préparer la rencontre avec les élus et d’identifier les points noirs liés à la circulation ou au stationnement.

Le diagnostic « En marchant » avec les élus est pour l’instant prévu pour le 15 septembre
Nous pourrons également voir les différents projets en cours : les jardins et compost, les lieux des projets participatifs, les places, les terrains de jeux, les différentes structures culturelles et associatives, graff,etc…
C’est aussi l’occasion pour nous de rencontrer les habitants et de partager un moment convivial.

Voici l’itinéraire que nous suivrons. Il peut-être modifié en fonction du temps,  la durée et l’envie des participants.

Rue d’Alembert, Rue Parmentier, rue Bizet (compost), rue Max Dormoy (projet participatif), Rue Mozart, Cuvier (école Buffon), rue du Drac (bac à fleur+ école  Ampère),  jardin coleoptère, Nicolas Chorrier, rue Doct. Hermite, rue Greffier (école Vallier), jardin partagé,  rue Ampère (projets participatif : création d’une salle dédiée aux arts et sports verticaux site Bouchayer Viallet) Quartier Belle Electrique (Projets participatifs retenues en 2016 ), square des Fusillés, Amérage Drak’art , théâtre de Poche, rue Diderot (école + projet agrandissement),  le  Parc de Fléche (projet « Jardins Partagés de de la Fléche » ),rue de Paris, de New York et rue de Bévière (projet aménagement place en « Jardins Urbain » ).

 

Compte Rendu :

Nous étions 5 du CCI, 2 habitants, et 1 de l’union de quartier.

IMG_5004 IMG_5007 IMG_5008 IMG_5010 IMG_5014 IMG_5017 IMG_5019 IMG_5022 IMG_5030 IMG_5033 IMG_5035 IMG_5037 IMG_5038 IMG_5040 IMG_5041 IMG_5042 IMG_5043 IMG_5044 IMG_5045 IMG_5046 IMG_5048 IMG_5049 IMG_5051

IMG_5052

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Samedi 25 juin

A l’occasion de la fête annuelle du quartier St Bruno Europole organisée par l’union de quartier, le CCI A sera présent le matin dès 9h. Nous serons à votre écoute et répondrons à toutes les questions que vous pourriez vous poser à propos de notre Conseil Citoyen Indépendant et de nos actions depuis sa création mi 2015 .

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Question au conseil municipal du 20 juin

Lors du dernier conseil municipal le CCI-A a posé une question relative a la « non consultation des citoyens » sur la hausse des tickets-résidents soit :

 » Nous avons appris par voie de presse le 28 mai 2016, l’évolution des tarifs du stationnement dans la ville. Puis le 3 juin 2016 nous avons assisté à une réunion nous informant de ce choix. Pourquoi cette décision a-t-elle été prise sans aucune concertation, ni coopération, ni co-construction ?  »

Voici un lien pour visionner la vidéo du dernier conseil municipal (20 juin 2016). La question démarre à 8’42 »
> https://www.youtube.com/watch?v=ecjabRLJiWY

voici la réponse du maire :

« Madame, Monsieur,

La tarification du stationnement sur voirie est l’un des nombreux leviers que nous avons choisi d’actionner pour que demain, Grenoble soit une ville plus fluide, moins polluée, plus agréable à vivre. C’est l’une des facettes d’un dispositif global.

Faire évoluer la tarification du stationnement, c’est un vrai coup d’accélérateur pour le report vers des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle. C’est aussi libérer l’espace public, une denrée rare dans la 3ème grande ville la plus dense de France, en facilitant l’utilisation des parkings en ouvrage, aujourd’hui largement sous-utilisés (la réduction tarifaire proposée par la métropole pour les premières heures de stationnement va également dans ce sens).

Cet espace public libéré va bénéficier à tous, visiteurs comme habitants de Grenoble. Je pense aussi aux commerçants, car les mesures prises permettront une plus grande rotation des véhicules stationnés en proximité des zones commerciales.

Concernant le ticket résident, le choix que nous avons fait est très clair : pour la première fois à Grenoble nous allons instaurer une tarification sociale !

Cela fait partie du bouclier social municipal que nous déployons et que nous assumons pleinement. Comme pour d’autres politiques publiques, il est juste et équitable que chacun contribue selon ses ressources. 35 %  des titulaires actuels du ticket résident verront ainsi leur tarification baisser.

Comme nous nous y sommes engagés, nous poursuivons les échanges entamés depuis plusieurs mois à la demande des riverains sur l’extension des zones payantes, et cela en lien avec les Unions de Quartier, les CCI et autres acteurs locaux (je pense aux riches échanges au sein des réunions de quartier notamment à l’Esplanade ou encore à l’Ile Verte…). Aucune extension de zones payantes ne se fera sans le soutien des habitants eux-mêmes.

De plus, le travail sur la couleur du zonage (telle rue est-elle en zone verte, orange ou violette ?) ainsi que sur le découpage des zones du ticket résident (pour l’instant seulement 2 grandes zones) pourront faire également l’objet de concertation.

Au cours des dernières semaines, nous avons conduit plusieurs réunions d’information et d’échange, de ces échanges nous avons introduit des modifications au projet initial. Je voudrais souligner les deux points principaux qui évoluent :

Tout d’abord, nous introduisons une plus grande progressivité pour le ticket résident, puisque nous passons de 3 tranches de tarif à 11 tranches – toujours échelonnées de 10 à 30€. Cela nous permet de lisser les effets de seuil, et de rehausser le niveau du Quotient Familial pour la dernière tranche.

Deuxième point : nous avons été attentifs aux remarques des acteurs économiques, et nous généralisons la règle des 20 premières minutes de stationnement gratuites en zone commerçantes (ce dispositif était pu connu jusqu’alors).

Effectivement, le processus de co-construction n’a pas été optimum, mais sur cette question comme sur les autres, nous sommes à l’écoute des propositions constructives, d’où qu’elles viennent ! Et quand il y a des améliorations à apporter, nous sommes heureux de pouvoir le faire. C’est notre méthode, et nous allons continuer dans cette voie.

Enfin, il faut noter que le travail sur l’amélioration de stationnement est loin d’être clos : plusieurs rdv de courts ou moyens termes vont permettre de travailler tous ensemble et dans la concertation.

  • Rappelons d’abord qu’à chaque aménagement urbain, la donnée stationnement, est l’un de paramètre qui est étudié de près avec les habitants. C’est le cas pour les grands projets (comme Cœur de Villes, Cœur de Métropole). C’est aussi le cas pour les aménagements de proximité, notamment avec l’appel à projet « ma rue apaisée » lancé par la métropole.
  • A l’horizon 2018 nous allons devoir également travailler avec la Métropole sur le nouveau mode de gestion des parkings en ouvrage (puisque les DSP prennent fin en 2018). Cela permettra d’encore mieux articuler la politique de stationnement sur voirie, dans les parkings en ouvrage et dans les parkings relais à l’échelle de l’agglomération.
  • Au 1er janvier 2018, la dépénalisation des PV va également changer la donne (la loi prévoit de transformer l’amende pénale qui sanctionne les infractions au stationnement payant sur voirie, en une redevance dont le montant serait fixé par la collectivité locale, qui en recevra le produit).
  • Enfin, la grande concertation sur le PLU intercommunal devra permettre de définir une stratégie en matière de gestion des places de stationnement à l’échelle de l’agglomération, ce qui cohérent puisqu’en matière de déplacement, il nous faut faire converger vers un projet communs les politiques de stationnements à l’échelle de la métropole.

Nous aurons donc de nouveau l’occasion de discuter des enjeux du partage de l’espace public et de la qualité de vie à Grenoble, au-delà du débat que nous ne manquerons pas de poursuivre tout à l’heure.

Qu’il s’agisse des questions orales des CCI ou des pétitions, on voit que les nouveaux outils de démocratie que nous avons choisi de créer sont déjà très bien repérés et utilisés. Pour nous, c’est le signe positif d’une démocratie vivante.

Je vous remercie. »

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Compte rendu de la « Rencontre autour du conte »

Objectifs :

Faire connaître le Conseil Citoyen Indépendant Le Verderet.
Proposer aux habitants des quartiers de l’Abbaye, Châtelet, Jouhaux, Teisseire, Malherbe, Bajatière, de tous les âges, des enfants aux personnes âgées, de se rencontrer, avec l’oralité et le conte comme supports.
Faire l’expérience que chacun, enfant, adulte, peut prendre la parole, en racontant aux autres, une histoire.
Partager un moment agréable, un moment de convivialité.

Démarche :

Nous avons rencontré différentes associations, structures, qui sont en lien avec des adultes, des enfants, des personnes âgées. Nous leur avons proposé de s’engager à participer sur la période d’avril, mai, à quatre séances d’un atelier conte avec un conteur professionnel, Pacos.

Nous avons associé à notre action l’Orange bleue, association de conteurs amateurs de Teisseire, l’Union de quartier Teisseire et l’Union de quartier Exposition Bajatière.

Déroulement de la rencontre :

La rencontre initialement prévue sous les saules du parc Ouagadougou, situé au cœur de ces quartiers, s’est déroulée à la Maison des habitants Teisseire-Malherbe, la météo étant incertaine.

Le fil conducteur était l’eau, avec Le Verderet, ruisseau qui traverse ces quartiers.

Les conteurs :

Les jeunes enfants de la Maison d’Enfantine à Jouhaux et le conte du roi des animaux.
Les enfants de la Maison de l’enfance Bajatière et le conte de la grenouille.
L’histoire de Teisseire par Mme Lecomte de l’Union de quartier Teisseire.
Claire, de l’Orange bleue et le conte de la cruche.
L’histoire de la Bajatière par Mme Lipovetsky de l’Union de quartier Exposition Bajatière.
Et pour finir, l’histoire du Verderet par Djazia de l’Orange bleue.

Une quarantaine de personnes étaient présentes.

Un buffet préparé par La Pirogue de l’Abbaye, a prolongé le temps de la rencontre et a permis de parler avec les personnes, du Conseil Citoyen indépendant le Verderet

Les photos de la soirée :

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Question au Conseil Municipal (23 Mai 2016) sur les déplacements

Le CCI-F Le Verderet a posé une question sur les déplacements au Conseil Municipal du 23 Mai 2016 :

Monsieur le Maire,
43 des 49 communes de la Métropole-Alpes dont Grenoble ont adopté la limitation à 30Km/h comme étant la nouvelle référence. En tant qu’automobilistes, piétons, cyclistes et parents nous saluons cette initiative prise par la ville et les communes voisines volontaires.
Nous manquons de recul aujourd’hui pour faire un premier bilan en termes de réduction d’accident, de vitesse, de temps de parcours, de pollution et de bruit, mais nous espérons vivement que la Métropole partagera d’ici la fin de l’année des résultats et statistiques permettant de mesurer l’impact de cette initiative.
Depuis le premier janvier 2016, cette limitation est en place dans une quinzaine de communes. En tant qu’usagers, nous constatons que peu de conducteurs respectent réellement la nouvelle limitation. C’est flagrant sur certains boulevards Grenoblois, par exemple Edouard Rey, Gambetta, Jean Jaurès, Général Mangin, et les quais rive gauche.
Nous souhaiterions donc que la Ville de Grenoble alerte le président de la Métropole sur l’importance de déployer rapidement les premiers radars pédagogiques sur Grenoble, l’ensemble de la signalétique ainsi que les aménagements de la voirie favorisant le respect de cette nouvelle limitation de vitesse. D’autre part, nous souhaiterions que le Maire de Grenoble évoque aussi avec le Président de la Métropole le nécessaire développement de mesures incitatives pour encourager les Grenoblois à changer de moyen de locomotion, par exemple la gratuité du parking pour les véhicules électriques et la création de voies réservées aux véhicules propres et/ou au covoiturage.
D’autre part, il y a 1 an, Mme Royal, la Ministre de l’écologie présentait le certificat qualité de l’air ainsi que la nouvelle version de l’éco-pastille. Depuis il semble que le projet a été repensé et il n’y aura plus que 4 différentes vignettes en fonction de l’année et du combustible du véhicule. En France, l’introduction de cette pastille devrait se faire début juillet et l’année dernière vous aviez manifesté rapidement votre intérêt pour ce dispositif.

Nous aimerions donc savoir, M. le Maire, quelles mesures incitatives comptez-vous mettre en œuvre, en particulier des actions de prévention et de verbalisation de la police municipale, mais aussi quelles initiatives de communication ou de sensibilisation vous allez prendre pour soutenir ce projet gouvernemental ?

La réponse du maire de Grenoble (Eric Piolle) :

D’abord, avant d’en venir au fond de votre question, c’est la deuxième fois qu’un Conseil Citoyen Indépendant utilise son droit à m’interpeller sur une question importante pour les habitants.

C’est, je l’espère, le début d’une nouvelle habitude positive.
Nous le savons tous ici, dans cette assemblée, au-delà de nos différences, un enjeu nous rassemble tous, celui de vivifier notre démocratie locale, de retrouver les chemins de la confiance entre la puissance publique et la société. Démocratie représentative et démocratie participative ne s’opposent pas, pour peu que l’une respecte l’autre, que l’une vienne compléter l’autre : c’est donc à la construction d’un nouvel équilibre, d’un nouveau contrat, que nous nous attelons.

Et, comme nous avons pu le voir encore ce week-end end à travers la Ruche aux projets qui a su attirer un grand nombre de Grenoblois, ce nouvel équilibre, cette ambition est également partagée par les Grenobloises et les Grenoblois qui sont toujours au rendez-vous. C’est enthousiasmant et encourageant pour la suite.
Sur le fond de votre question.

Vous attirez notre attention sur la mise en oeuvre concrète des engagements de la « Métropole apaisée », et de la « Ville respirable » quelques mois après leurs lancements officiels. Vous vous faites ainsi le porte-parole d’un nombre grandissant de Grenoblois qui nous interpellent tous les jours, par courrier, lors des réunions publiques ou bien en ville, sur ces sujets essentiels.

Nous le savons tous ici, le Grenoble d’hier, hérité des JO de 1968, était conçu presque à la façon d’un circuit automobile : les 4 voies arrivaient jusque dans le coeur de la ville, elles le traversaient même, au point de fracturer et d’émietter la ville. Au-delà des ruptures urbaines, cette conception de la ville était une offense permanente à l’attractivité de notre territoire comme à la santé et à la tranquillité de ses habitants, notamment des plus fragiles d’entre eux.

C’est grâce au courage des équipes d’Hubert Dubedout, qui ont ouvert la voie à la piétonisation et au retour du tram, que Grenoble est progressivement passée du « circuit automobile » à la ville à vivre. Cet élan s’est poursuit depuis (on ne reviendra pas ici sur l’aberrant projet de Rocade Nord qui aurait achevé de faire de Grenoble un rondpoint) et, aujourd’hui, notre ambition est d’écrire une nouvelle page de cette reconquête de la ville. C’est l’ambition que nous portons à la ville et qui rejoint les engagements de la Métropole apaisée et de la ville respirable.

En ce qui concerne l’installation des radars pédagogiques, j’ai le plaisir de vous annoncer que ça y est, c’est parti, le premier a été installé par la Métropole vendredi dernier, dans le quartier Chorrier-Berriat. Nous sommes au début de la première phase d’installation. D’ici quelques mois, l’intégralité de la quarantaine de radars pédagogiques aura été installée.
En un mot, j’aimerai revenir sur le choix d’implanter des radars pédagogiques aux endroits les plus sensibles de notre ville (les entrées de ville, aux abords des écoles, etc.) : il s’agit pour nous d’en appeler à la citoyenneté des automobilistes. Nous aurions pu faire le choix de multiplier à l’infini les contrôles, nous faisons le pari d’accompagner l’évolution des comportements.

Ensuite, vous m’interpellez sur les initiatives pour motiver les Grenoblois à changer de moyen de locomotion, par rapport à la voiture individuelle. Vous évoquez même la piste de voies réservées au covoiturage. Ici aussi, c’est une conviction partagée par la municipalité. Et c’est même, en exclusivité, la position que porte la ville dans le réaménagement de l’A480, cette bretelle de la rocade qui passe sous les fenêtres de tant de Grenoblois.

Oui, comme dans bien d’autres pays, les voies réservées au covoiturage sont une partie de la solution contre les bouchons et contre la pollution. Pour rappel, un Grenoblois passe en moyenne 39 heures par an dans les bouchons… Notre pays est, comme bien souvent, en retard d’une évolution et je crois que cela serait à l’avantage de notre territoire de faire un pas en avant dans cette direction. C’est la position que la Ville porte avec énergie dans les discussions avec le département, la Préfecture de l’Isère et la Métropole.

En revanche, nous n’envisageons pas des privilèges tarifaires pour le stationnement des véhicules électriques. En effet, la voirie urbaine est déjà mis sous pression par le stationnement des véhicules individuels, aussi nous souhaitons normaliser cette emprise au profit de trottoirs plus larges et végétalisés, chaque fois que possible, tout en développant les aménagements cyclables. Un véhicule individuel, qu’il soit électrique ou pas, occupe de l’espace public pour stationner.

Enfin, vous attirez mon attention sur le projet de Certificat Qualité de l’Air porté par le Gouvernement. Sur ce point, la position de la Ville de Grenoble est connue : nous sommes pour un dispositif à 6 niveaux, pour 6 catégories de véhicules, du moins au plus polluant. Six catégories, c’est l’assurance d’un dispositif fin et adapté qui ne cherche pas à pénaliser les automobilistes mais bien à protéger les habitants lors des pics de pollution.

C’est la position que nous portons dans le protocole d’accord sur le sujet, validé lors du conseil municipal de novembre dernier, et qui rassemble notamment la métropole, le SMTC, les territoires du voironnais et du Grésivaudan.

Le lancement opérationnel du dispositif se fait attendre, c’est vrai, nous partageons votre impatience. J’ai eu l’occasion d’échanger plusieurs fois avec les équipes de Ségolène Royal sur ce point. Notre engagement pour un dispositif à 6 catégories est intact et, sans trop m’avancer ici ce soir, je suis confiant dans la motivation du Gouvernement à honorer ses engagements dans les meilleurs délais.

Votre question se fait le relais de l’intérêt de bon nombre de Grenoblois sur ces enjeux de la ville apaisée. La détermination de la ville de Grenoble est maximale, pour accompagner les évolutions des attentes et des aspirations de l’ensemble des habitants, sur ces sujets d’intérêt général, qui touche bien sûr à notre santé, à celle de nos proches mais aussi à l’attractivité économique et commerciale de notre territoire. Nous vous tiendrons bien entendu informés sur l’actualité des points évoqués ci-dessus.
Je vous remercie.

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Une collecte des encombrants à Grenoble ?

Dans notre secteur, nombreux sont les habitants qui n’ont pas de voiture et pour qui l’évacuation des encombrants est difficile. Même pour ceux qui sont motorisés, la destination favorite du samedi n’est pas la déchetterie la plus proche.

Face à ce constat largement partagé, le CCI-B souhaite travailler avec la ville de Grenoble et la Métro pour qu’un service de collecte des encombrants soit mis en place, selon des modalités à co-construire avec les habitants.

Vous voulez participer, soutenir la démarche et/ou nous donner votre avis ? Remplissez le court formulaire ci-dessous : il nous aidera à évaluer l’intérêt des habitants pour notre démarche, et éventuellement d’organiser une votation citoyenne sur la question.

Accès au formulaire

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Budget participatif : les projets retenus sur notre secteur

4611_075_Logo-BPLa Ruche aux Projets, qui a eu lieu samedi 21 mai à Alpexpo, a permis de sélectionner 30 projets parmi toutes les propositions soumises par les Grenoblois. Ces projets seront instruits par les services techniques de la ville, puis soumis au vote des habitants en octobre pour sélectionner les lauréats (dans une enveloppe totale de 800 000 €) qui seront réalisés.

Continuer la lecture de « Budget participatif : les projets retenus sur notre secteur »

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Les budgets participatifs 2016

4 projets nous ont étés présentés lors de notre dernière réunion le 12 mai, le CCI a décidé de tous les soutenir.

Voici la liste des projets , plus de détails sont disponibles  sur le site de la ville de Grenoble, rubrique Budget Participatif, soit http://www.grenoble.fr/667-projets-valides.htm
Thème «Mobilité» : Aménagement de la place MAndela pour les cyclistes
Par : Francesco D’ACAPITO Avenue des Martyrs
Proposition réaliser une piste cyclable double sens à contournement de la colline de la place Mandela sur les friches à côté afin de réaliser un parcours plus sûr et à moindre dénivelé par rapport à l’actuel.
Thème «Sports» : Mise en place d’agrés pour les jeunes et moins jeunes dans tous les parcs (ou assimilés) du quartier Berriat-St Bruno-Europole 
Par : Françoise BONTHOUX
L’Union de Quartier Berriat-Saint-Bruno-Europole souhaite des aménagements en agrès de plein air qui, outre la valorisation des espaces publics, amélioreront la convivialité et les liens inter-
générationnels.
Thème « Nature en ville » 
Par : Karine MORA Rue Bévière
Il s’agit d’occuper à bon escient un petit morceau de terre d’environ 250 m2 près du parc Paul Valérien Penin, entre une résidence pour personnes agées et une future crêche.
Actuellement dédié au déjections canines et aux canettes de sodas vides, cet espace est triste à voir et semble difficile à entretenir par les services de la ville car à chaque fois qu’une plantation est effectuée, elle est malheureusement détruite par les gentils toutous du quartier…
Un espace entretenu pas les habitants pourrait être la solution : un jardin potager qui appartiendrait à plusieurs familles des alentours  et qui ne coute pas cher à la réalisation.
Thème « Nature en ville »Par : Cyril Arod Rue du Vercors
Réalisation d’un jardin partagé avec un compost dans un parc où viennent enfants, parents et assistantes maternelles. Ceux qui le souhaitent pourraient y cultiver fruits, légumes et faire pousser des fleurs. En faire un lieu de rencontre et de partage et permettre de recycler les déchets
organiques.

Si vous voulez pouvoir choisir quels seront les projets pour lesquels les grenoblois voteront à la rentrée rendez vous le samedi 21 mai à la ruche aux projets : attention il faut s’inscrire ici :

https://www.grenoble.fr/708-budget-participatif-ruche-aux-projets.htm

De plus si vos projets arrivent trop tard et ne sont pas retenus, vous pouvez nous contacter pour étudier leur faisabilité ou pour vous aiguiller vers des contacts utiles.

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

« Carticipez » à l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme de notre métropole !

« Carticipe » est l’outil de participation choisit par la métropole pour l’élaboration de notre Plan Local d’Urbanisme métropolitain, dont l’entrée en vigueur est prévue en 2019.
Une adresse pour cela : plui-lametro.carticipe.fr

En vous inscrivant, vous pourrez ainsi :
donner vos idées d’améliorations proches de chez vous, où à l’autre bout de la métropole.
voter pour ou contre les idées postées par vos voisins.

Continuer la lecture de « « Carticipez » à l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme de notre métropole ! »

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Donnez vos idées pour le Secteur E : Capuche, Bajatière, Alliés-Alpins et Foch-Aigle-Libération

Bonjour à toutes et à tous,

Le Conseil Citoyen Indépendant E écoute et accompagne vos idées d’amélioration de nos quartiers : Capuche, Exposition-Bajatière (Ouest), Alliés-Alpins et Foch-Aigle-Libération.

N’hésitez pas à nous contacter pour lancer votre projet !
Pour cela, merci de vous rendre sur la page de contact en cliquant ici.

Cliquez sur le carte ci-dessous pour visualiser les limites géographiques du CCI-E :

Quartiers Capuche, Exposition-Bajatière, Foch-Aigle-Libération, Alliés-Alpins
Quartiers Capuche, Exposition-Bajatière, Alliés-Alpins, Foch-Aigle-Libération

A bientôt !

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+