Le projet de l’Orangerie en question

Lors du conseil municipal du 21 mars 2016 de la ville de Grenoble, le CCI C a posé une question au maire au sujet de l’avenir du projet de l’Orangerie.

Voici l’intégralité de la question qui a été posée au maire lors de la suspension de séance du conseil municipal :

Monsieur le Maire,

L’orangerie, située à l’angle du boulevard Jean Pain et de la rue Joseph Chanrion, est un bâtiment municipal, que la ville de Grenoble a fait construire en 1895. Son architecture, son histoire ainsi que sa localisation, dans un quartier qui n’a cessé d’évoluer depuis une centaine d’années, témoignent de
son appartenance au patrimoine grenoblois.

L’association L’Orangerie de Grenoble, composée d’associations locales et de citoyens métropolitains, s’est constituée autour du projet d’aménagement de ce bâtiment. Porté par des citoyens motivés, il fait suite aux différents projets d’extension de la Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère qui se sont succédés depuis 1995, mais sous une forme nouvelle puisque le projet intègre aujourd’hui des thématiques beaucoup plus larges.

Aujourd’hui, le Conseil Citoyen Indépendant C ( Notre Dame, Mutualité, Île Verte, Saint Laurent ) se mobilise et soutient ce projet de l’Orangerie. Par conséquent, c’est sur ce thème que nous souhaitons vous interroger aujourd’hui.

Ce projet a pour objectif d’y créer un lieu convivial dédié à l’échange de savoirs et de pratiques sur les thématiques de l’environnement, du recyclage, du vélo, de la culture, du patrimoine, de l’alimentation saine et locale, tout cela dans une démarche relevant de l’Économie Sociale et Solidaire. Ce lieu convivial abriterait de multiples activités, réparties sur quatre espaces distincts :

  • un espace d’activités, mutualisé, à programmation participative pour accueillir du public
  • la médiathèque « Nature et environnement » de la MNEI et une partie du fond documentaire du
    Muséum de Grenoble
  • un café-resto
  • des ateliers : auto-réparation vélo, créations à partir de matériaux de récupération, réparations d’objets du quotidien

D’ores et déjà bien avancé, ce projet nous apparaît solide et sérieux :

  • propositions d’aménagement respectueuses du bâtiment,
  • recherche de financements pour la réalisation,
  • modèle économique de fonctionnement autofinancé,
  • constitution d’une base de soutiens (environ 1500 signataires de la pétition de soutien et plus de 20
    associations et entreprises de l’agglomération),
  • mise en évidence des partenariats et synergies avec les acteurs du territoire.

Il nous semble indispensable que ce bâtiment reste à l’usage des habitants, qu’il devienne un lieu de convivialité et un lieu-ressource sur les thématiques évoquées, qu’il contribue à l’animation du quartier et qu’il rayonne sur la métropole.

Proposé au Budget participatif 2015, il est arrivé en 2ème position sur 130 projets mais a été écarté de ce dispositif en raison de son budget estimatif de 800 000€ (le maximum étant de 400 000€). À ce stade du projet, l’association L’Orangerie de Grenoble a identifié les financements potentiels, toutefois, dans le but de poursuivre et de faire aboutir ses demandes, il a besoin de la confiance, de
l’engagement et du soutien moral et technique de la ville de Grenoble, propriétaire du bâtiment.

L’initiative de l’association L’Orangerie de Grenoble s’inscrit dans le projet politique de la ville de Grenoble. Il permet en effet de concrétiser plusieurs engagements de campagne de « Grenoble, une ville pour tous » :

  • n°17 : pousser la réflexion pour un projet d’agrandissement et de déplacement de la MNEI- n°44 : réduire la quantité de déchets, réparer, réemployer, recycler
  • n°52 : développer les ateliers de réparation et d’entretien pour les vélos
  • n°86 : mobiliser des moyens de convivialité dans tous les quartiers
  • n°88 : rénover et entretenir le patrimoine communal

Aujourd’hui il existe un projet et des citoyens motivés pour le porter, qui ont besoin du soutien de la ville pour obtenir des financements.

Il s’agit d’un projet collectif, participatif et citoyen qui promeut l’innovation sociale, le faire ensemble et la mutualisation de moyens et de locaux.

À ce titre, il s’intègre parfaitement dans la démarche du programme « ville de demain » initié par la ville de Grenoble.

Monsieur le Maire, souhaitez-vous engager la ville dans le soutien à ce projet porté par l’association L’Orangerie de Grenoble ? Si oui, sous quelle forme et dans quels délais ?

Merci de votre attention.

Le maire a répondu que le projet pourrait correspondre aux critères d’un appel à projet concernant d’autre bâtiments municipaux aussi, qui sera lancé à l’automne. Vous pouvez écouter sa réponse complète sur la vidéo au début de cet article.

Pour sa part, le collectif Orangerie espère que les dimensions citoyenne collective et d’ouverture portées par leur projet seront prise en compte dans le futur appel à projet. Ils ont pris conscience que c’est un projet qui va s’inscrire dans un temps long, et ressentent la nécessité de réorganiser leur force de travail en conséquence.

Un premier événement donnera l’occasion au collectif de préfigurer l’Orangerie et fédérer autour de ce projet, en attendant l’appel à projet, aura lieu le 21 mai de 17h à 21h devant l’Orangerie. Venez nombreux ! Le CCI C sera présent à cette occasion.

Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter la page Facebook de l’Orangerie de Grenoble.

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+