Exposition : Égalité trahie : impact des contrôles au faciès.

Communiqué de presse, le 11 octobre 2017, Conseils Citoyens Indépendants de Grenoble.

Les Conseils Citoyens Indépendants de Grenoble proposent l’exposition « Égalité trahie : impact des contrôles au faciès » depuis le samedi 07 octobre 2017 place de Verdun.

L’exposition

L’exposition met en scène des témoignages et des portraits du photographe Ed Kashi en grands formats pour mettre en lumière les répercussions des contrôles au faciès sur la population avec une scénographie adaptée.

La réflexion proposée par ce travail se place dans la continuité d’un rapport de l’Open Society Justice Initiative, le programme à l’origine d’une étude sur les contrôles d’identité à Paris sortie en 2013 et qui alertait sur ce problème de société et ses impacts parfois méconnus. L’exposition sera installée du samedi 07 octobre au dimanche 26 novembre 2017, place de Verdun à Grenoble.

L’inauguration et la table ronde du 07 octobre

L’inauguration s’est ouverte avec une table ronde à la salle La Plateforme de 9 heures 30 à 17 heures 30.

Cette table ronde s’est déroulée sous la modération de M Jacques de Maillard, professeur en science politique à l’université Versailles- Saint- Quentin et directeur adjoint au Centre d’Études Sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales, rédacteur du rapport Terra Nova « Police et population, pour des relations de confiance. »

La matinée a permis de réunir un panorama juridique et sociologique varié. M. Jérémie Gauthier, sociologue au CES DIP – CNRS, a ainsi ouvert la table ronde en éclairant la réalité du contrôle au faciès en France, chiffres à l’appui. Mme Lanna Hollo, Responsable France Open Society, à l’origine de l’étude et de l’exposition et M. Omer Mas Capitolin, président de l’association Maison Communautaire pour un développement solidaire, ont apporté études et témoignages sur l’impact, notamment sur les jeunes, de ces contrôles abusifs qui installent une discrimination sur le territoire. Ils ont par ailleurs souligné les conséquences néfastes sur la construction de l’identité des plus jeunes, parfois contrôlés dès l’adolescence. Maître Slim Ben Achour avocat au barreau de Paris a ensuite évoqué les batailles gagnées en France contre l’État en 2016, faisant reconnaître le caractère discriminatoire d’un contrôle fondé uniquement sur l’apparence. La solution du récépissé pour lutter contre les contrôles au faciès a aussi été présentée au public présent. Enfin, M Jean -Pierre Havrin, ancien Directeur Départementale de la Sécurité Publique de Haute-Garonne, a terminé la matinée en évoquant la police de proximité, sujet au cœur de l’actualité, et en soulignant son rôle et son importance pour lutter contre ces discriminations et construire des relations apaisées entre la police et la population.

 

Je partage sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+